Grunge Pop from Clermont L'Hérault-34-FR

Le dimanche, c’est bien connu, c’est à la fois le plus beau jour de la semaine et la veille de l’enfer de la semaine qui reprend : Bad Sunday !
Deux ans après son EP Hey Right et une longue tournée avec The Limiñanas, Nika Leeflang revient avec le 9 titres "Bad Sunday". Cet EP balance entre français et anglais, calme et tempête, mélancolie et euphorie, introspection et envie de tout casser.

Comme toujours, pour faire un bon disque, il faut un bon shaker. Ensuite,de bons ingrédients. Prenez les cheveux blonds de Kurt Cobain, la classe et le flow de Kim Gordon, ajoutez la diction de Bardot période Gainsbarre, les co-arrangements  d’Aymeric Severac, Romain Preuss et David Darmon et,
pour finir, la guitare de PJ Harvey : vous obtiendrez Nika. Ironie du son, Nika a la maturité des alcools nobles : le Nik(k)a est ce whisky japonais réputé pour la douceur de son attaque et sa chaleur. Avant l’incendie qui nous fait nous sentir exister. Mais Nika c’est aussi l’autre nom d’Athéna, la Victoire, punkette antique belliqueuse qui n’a rien de la gentille fille soumise. Il vaut mieux ne pas la chercher : elle a la sagesse du rock.

Nika c’est donc un prénom et un projet qui partage avec le rock cette parenté de mot efficace et racé en quatre lettres, ce son /k/ qui claque comme une caisse claire. Les arrangements sont à la fois un hommage à la tradition pop-rock depuis les 60’s et le reflet d’une très grande modernité. La musique de Nika est libre et éclectique : elle ne fait exprès, elle est comme ça. Parfois c’est une structure couplet-refrain parfois non, parfois c’est un refrain épuré a capella, parfois c’est du stoner. Choisir c’est renoncer et Nika ne renonce pas : c’est ça son style même s’il y a un dénominateur commun : une voix et des guitares.

(Bio: Gaëtan Chapiteau)

NOISY BAY 2021

© 2023 by Noisy Bay.